6 octobre - Au-delà des Flammes

La chaleur suffocante m’empêche presque de respirer. Je porte une main à ma gorge. Mes doigts glissent sur la sueur dégoulinant le long de mon cou. J’avance fébrilement parmi les flammes aussi impressionnantes que terrifiantes. Elles me semblent gigantesques, hautes comme les grattes-ciels s’élevant vers le ciel. Pourtant, je suis loin des cieux. Très loin, même. L’Enfer m’a appelée, je ne sais pas pourquoi. On m’a donné rendez-vous ici dans cette fournaise qui ne cesse de me lécher les jambes. Des hurlements déchirants résonnent partout autour de moi. Des hommes, des femmes, des enfants… Mais je dois continuer. Ne pas faire attention à eux. Ils ne sont rien, ils n’existent plus. Leur âme appartient au roi de ces lieux. Leur âme appartient à mon père. 

7 octobre - La Pluie sur des Os

Les gouttes tombent sur les restes entassés sur des kilomètres. La plaine n’est plus qu’un immense cimetière où la douce mélodie funeste de la pluie sur les os résonne comme un chant d’adieu. Cela fait des années que ces corps n’ont plus aucune identité. Les lambeaux de tissus ont disparu depuis bien longtemps, tout comme la chair de ces pauvres malheureux tombés au combat. Si seulement leur sacrifice avait servi à quelque chose ! La guerre des hommes contre les dieux était vaine, ils le savaient. Mais l’espoir est certainement la plus improbable force de l’univers. Il peut pousser n’importe qui jusqu’à la destruction. 

8 octobre - Le Noir au bout du Tunnel

La lame de mon couteau glisse lentement sur sa peau pour se planter net dans sa chair. C’est si déconcertant de voir à quel point il est aussi aisé d’ôter la vie à quelqu’un ! Il suffit de peu de choses pour basculer de la lumière vers les ténèbres. Je sais que mon âme est perdue, que mon geste est impardonnable, mais je m’en moque, je suis libre. Mes chaînes se sont brisées, plus jamais il ne touchera la moindre parcelle de mon être. Plus jamais je ne devrais laisser mon inconscient prendre le dessus pour soutenir l’insoutenable. Aujourd’hui, j’ai sacrifié la dernière lueur au bout du tunnel. 

9 octobre - C’est un battement d’ailes

De gros nuages cotonneux recouvrent la prairie en cendres. Ils semblent venir tout droit du ciel, là où les anges dorment depuis le début de la guerre. La Terre n’est plus qu’un champ de bataille où les démons ont élu domicile. Les Hommes sont aujourd’hui devenus leurs esclaves, ceux qui les nourrissent de leur travail et de leur chair. 

Je fais partie de ceux-ci. Nous n’avons plus ni nourriture, ni eau depuis plusieurs jours. Nos forces s’amenuisent, mais nous gardons espoir. Attendez ! Il y a un bruit étrange dans le fond… C’est un battement d’ailes ! Ils sont de retour, nous sommes sauvés !

10 octobre - Par le Sang

Tout est prêt, le rituel peut commencer. Je m’avance fébrilement sur le chemin éclairé à la lueur des bougies dansantes, pieds nus, vêtue d’une simple nuisette blanchâtre. 

Suis-je une innocente ? Certainement pas. 

Cela fait des siècles que je parcours cette terre souillée par nos sortilèges lorsque mes forces ne me portent plus. C’est le signal. Je sais qu’il est temps de sacrifier une nouvelle âme sous la clarté de la lune rouge. Alors que mes pas me mènent vers celle qui va donner sa vie pour ma beauté, ses cris étouffés me parviennent aux oreilles. Que j’aime cette mélodie funèbre ! Que j’aime ce doux son qui annonce ma renaissance prochaine, ma renaissance par le sang.