11 octobre - Le Vide à tes pieds

Je continuai d’avancer au bord de la falaise, et bientôt, j’effleurai le vide. Baissant les yeux, j’aperçus la brume en contrebas au pied du piton rocheux. Par endroits, l’écume et les vagues s’écrasaient sur la roche aiguisée telle des lames acérées. Bien que je ne puisse pas vraiment distinguer les rouleaux, je pouvais entendre leur lourd fracas. 

Face au ciel menaçant, je pris une longue inspiration et étendis mes bras sans peur. Les paupières à présent closes, je sautai dans le vide. 

12 octobre - L’Homme sans mémoire

À la sortie du cabinet médical, j’étais complètement sonné. On venait de m’annoncer que j’avais une maladie dégénérative et que bientôt, je ne me souviendrais de rien. Plus rien du tout, pas même de mon enfance, de mes proches, de mon prénom. Les larmes coulaient lentement sur ma joue alors que la pluie ruisselait sur la route. Elle emportait avec elle mes souvenirs. Je les sentais déjà s’éloigner de moi, balayés par le vent qui frôlait ma tête engourdie. Je n’avais aucun espoir. J’étais un cas unique. Personne ne se préoccupait d’un homme sans mémoire. 

13 octobre - Compter les Jours

Dans le fond de sa cellule humide et nauséabonde, le prisonnier qui n’a aujourd’hui que la peau sur les os, grave dans la roche des battons à peine visibles. C’est son rituel à chaque coucher de soleil. Sa manière à lui de ne pas sombrer dans la folie. Il en a vu des voisins perdre l’esprit, se mettre à hurler en pleine nuit, puis disparaître d’un claquement de doigts. Il se l’ai juré, ça ne lui arrivera pas. Il sortira de là et mettra sa vengeance à exécution. Plus que dix-sept jours à tenir et il anéantira cette planète pourrie. 

14 octobre - Après la Pluie

La plaine n’est plus qu’un paysage désolé. Le vert s’est évaporé sous l’effet des pluies acides tombées sans discontinuer ces derniers jours. Nous évoluons lentement au milieu de ce qui fut une magnifique clairière au milieu de la forêt, mais tout a disparu. Il ne reste pas un vestige de cette luxuriante nature et de ses habitants. Nous ne comprenons pas ce qui s’est passé. Nous n’en sommes pas certains. À vrai dire, nous avons des pistes. Cependant, nous n’avons pas le droit de les évoquer. Personne ne contredit le pouvoir. 

15 octobre - Rallumer la Lumière

Cela faisait plusieurs heures que le monde était plongé dans l’obscurité. Les lampadaires avaient pris le relais, mais la panique s’entendait aux quatre coins de la ville. Des hurlements de terreur résonnaient pendant que les gens fourraient leurs valises dans leur coffre de voiture pour fuir. Fuir… mais où ? Le soleil s’était éteint pour de bon. Nous n’avions nulle part où nous cacher. Nous n’avions pas la moindre chance d’en réchapper. 

Personne ne réalisait encore que notre vie touchait à sa fin.