Depuis quelques semaines maintenant, je participe régulièrement à un challenge collectif littéraire quotidien : les micronouvelles de KeoT.

Voici un petit récapitulatif de mes productions pendant cet exercice fort intéressant. En effet, KeoT nous propose tous les soirs une image, puis nous écrivons une micro nouvelle dessus. N’hésite pas à nous rejoindre si tu es sur Twitter !

Mois de décembre 2020

Micronouvelle #17

Enfermée depuis plusieurs années dans ce bâtiment sans fenêtre, je découvre la lumière du jour. Je plisse les yeux, aveuglée par l’astre qui me brûle la rétine. J’utilise une main pour me protéger. Je vais enfin retrouver la civilisation !

Micronouvelle #16

Je ne ressentais rien, si ce n’était de la fierté. Son corps gisait sur les feuilles aussi mortes qu’il l’était. Un liquide rouge et visqueux entourait cet amas de chair blafard. Je venais de m’allumer une cigarette, ma mission été accomplie, j’allais toucher mon fric.

Micronouvelle #15

L’air vivifiant du large me parvient aux narines. Je ferme les yeux et inspire profondément. Je suis sur un bateau, au milieu d’une mer déchaînée. Je peux presque sentir l’iode, et pourtant, lorsque j’ouvre de nouveau les paupières, le gardien du musée me regarde bizarrement.

Micronouvelle #14

On m’a mise dehors par ce froid, mais je ne le ressens pas. On m’a évincée de chez moi. Le coeur lourd, je regarde les flammes dévorer peu à peu ma demeure. Mes larmes ne coulent pas, elles n’ont plus coulé depuis des siècles. Un fantôme peut-il pleurer ?

Micronouvelle #13

— Maman, maman ! Je te jure que j’ai vu un monstre dehors !

— Où ça ? J’ai vérifié, il n’y a que ton père.

— Par la fenêtre. Il avait une grosse tête, il marchait bizarrement et ses yeux faisaient peur, on aurait dit un zombie !

— C’est bien ce que je dis, c’est bien ton père.

Micronouvelle #12

Une artiste, ils n’ont que ce mot à la bouche depuis que je suis toute petite ! Je regarde la fenêtre et soupire. Pourquoi ne me laissent-ils pas choisir ? C’était leur rêve, pas le mien. Je n’ai jamais aimé la peinture, c’est sale et on s’en met partout, moi c’est les chiffres !

Micronouvelle #11

On m’appelle le dieu des sables. Je répands à partir de mes mains, des milliards de grains sur les plaines asséchées par le lourd soleil et sa chaleur étouffante. Bientôt, de gigantesques dunes, semblables à des montagnes, s’élèveront dans ce nouveau désert.

Micronouvelle #10

Un père et son fils sortent d’une voiture sous un magnifique ciel étoilé. Qui est le plus excité des deux ? Certainement l’ainé qui effectue des petits sauts de joie à l’idée de transmettre sa passion pour l’espace, face à son fils dont les yeux restent rivés sur son écran.

Micronouvelle #9

Ce tableau me fascine. Je ne sais pas pourquoi. Ça fait des heures que mes yeux sont scotchés là, je ne peux même détourner le regard. J’aimerais tellement prendre mon élan et sauter à l’intérieur !

Micronouvelle #8

— Quelle horreur ! s’écrit le jeune inspecteur, les yeux exorbités.

— Je vous l’avais dit, cette scène est insoutenable, répond son supérieur d’un air las.

— Nan, mais vous avez vu ce papier peint ?

Micronouvelle #7

Les bras chargés de mes sacs de courses, je traverse la pelouse pour rejoindre ma voiture. Une goutte tombe sur mon visage, puis une autre. Mince, j’ai bien mon parapluie, mais je ne peux l’ouvrir ayant les mains prises. Tant pis, je serais trempée en rentrant.

Micronouvelle #6

Nous sommes sur le chemin, un minable bouquet à la main. Nos larmes ne coulent plus depuis bien longtemps, mais nous n’oublierons jamais. Comment effacer leurs pleurs, leurs cris de terreur alors que le volcan déversait sa lave sur nos frères et nos soeurs ?

Micronouvelle #5

Son cadavre flotte dans les eaux froides de la rivière. Elles l’ont tué pour avoir oser braver leurs lois. Si belles, si petites, si inoffensives au premier abord, les fées ont tout de même fleurie son tombeau dont il ne ressortira plus jamais.

Micronouvelle #4

Les skieurs dévalent la pente à toute vitesse, produisant un crissement sur la neige au contact de leurs skis. La déneigeuse les poursuit sans répit, aucun ne doit survivre.

Micronouvelle #3

Je le regarde un sourire carnassier sur les lèvres. Il est sur le lac, sur les flots renfermant les plus gros monstres de l’histoire de la création. Une ombre se rapproche du bateau. Bientôt il basculera par-dessus bord pour remplir son estomac affamé.

Micronouvelle #2

La sueur coule sur mon front. La nuit est tombée, je dois me dépêcher. Vite, pas une seconde à perdre, il va bientôt rentrer. Allez un petit coup de peinture et ça ne se verra plus ! Mais quelle idée aussi de m’avoir fait peur alors que je tenais un couteau de cuisine !

Micronouvelle #1

Les quelques gouttes de sang glissant le long du couteau viennent entacher le manteau d’un blanc immaculé. Mon forfait est accompli. Je marche dans la neige fraîche, mais mes pas ne laissent aucune trâce. Derrière moi, le cadavre de celui qui m’a ôté la vie.