Depuis quelques mois maintenant, je participe au challenge : les micronouvelles de KeoT. Voici celles de ce mois de Mars 2021. Un bon moyen de découvrir mon style d’écriture en douceur et en quelques minutes. Bonne lecture !

Mois de Mars 2021

Micronouvelle #57

La journée avait pourtant bien commencé. Comme tous les jours, j’étais passé prendre mon café avant d’aller débuter le travail au bureau, mais en un clin d’oeil, tout s’est assombri. Le feu, les hurlements, l’odeur de chair brûlée, partout autour de moi… la fin des temps.

Micronouvelle #56

Premières vacances pour notre famille. Nous avons le sourire jusqu’aux oreilles. C’est la première fois que nous sortons de notre tour, la première fois que nous avons les moyens de le faire. Certes nos véhicules semblent tomber en miettes, mais au moins, ils nous évadent !

Micronouvelle #55

Mes pieds ne touchent plus terre. Je ne ressens plus aucune sensation depuis des siècles et j’erre dans les couloirs de ce vieux château, dernière demeure de mon âme. Soudain, des bruits de pas dans les escaliers et des rires d’enfants retentissent. Un nouveau propriétaire ?

Micronouvelle #54

Se sentir prisonniers, enfermés dans une routine sans goût ni saveur. Depuis un an, la vie a un parfum amer à force de se prendre le chou face à une maladie qui nous contrôle plus que nous la contrôlons. Pourquoi pas un zeste citron pour rouvrir les plaies qui ne se referment pas.

Micronouvelle #53

Mes yeux s’ouvrent subitement. Je suis en sueur, mon souffle est court. Il me faut effacer ces images de ma tête. Je me lève encore vaseuse et me dirige vers la fenêtre. Mes paupières se ferment et j’inspire profondément. Je suis en sécurité, loin de tout ce rouge sur le sol.

Micronouvelle #52

La guerre fait rage depuis des années. Comme tous les jours, je suis assise à mon post de gravure des plaques. Combien en ai-je fait ? Je ne saurais le dire, mais j’espère sincèrement que les soldats qui les ont portées s’en sont mieux tirés que ceux envoyés sur la lune.

Micronouvelle #51

Vu du ciel, l’océan semblait plat, monotone. Pourtant, un gigantesque trou apparut brusquement. Les flots, dans un fracas assourdissant, furent alors aspirés par le fond. Des millions de litres d’eau rejoignirent bientôt les entrailles de la Terre pour une destination inconnue.

Micronouvelle #50

De gros yeux ensanglantés observent la route avec envie. Il ne sait absolument pas ce dont il s’agit. Quelles sont ces étranges choses qui bougent en bas ? Elles sont si appétissantes… Sa langue passe délicatement le long de ses canines affutées. Sa première proie est déjà là.

Micronouvelle #49

Après avoir monté les milliers de marches, essoufflées, nous arrivons enfin en haut de la tour. Il fait sombre, mais une clarté nous invite à la suivre. Nous nous retrouvons devant l’immense horloge. Un sourire se dessine sur nos lèvres. Nous allons pouvoir revenir à notre époque.

Micronouvelle #48

Suis-je réellement au bon endroit ? Je vérifie en jetant un énième coup d’oeil au bout de papier griffonné. Je soupire. Apparement, c’est le cas. Je prends une profonde inspiration et ouvre la porte peu engageante. Mes yeux s’écarquillent ; le luxe de l’endroit me subjugue.

Micronouvelle #47

Je suis bloqué sur cette île depuis des semaines avec tous ces journaux. Que puis-je en faire ? Et si… Ah mais oui, je pourrais faire plein de petits bateaux, ils me feront au moins m’évader mentalement de cette prison désertique.

Micronouvelle #46

Mes pas résonnent dans la nuit. Je longe le mur, éclairée par les néons, niveau discrétion on reviendra. Personne ne doit pourtant me voir. Il me faut cette photo ! Quoi qu’il en coûte, je veux ce cliché ! Il me permettra au moins d’arrondir mes fins de mois, soyez-en sûrs.

Micronouvelle #45

Le bruit assourdissant des obus me brise les tympans. J’ai le coeur au bord des lèvres, les pieds dans la boue jusqu’aux genoux. Mon ventre ne cesse de se manifester. J’ai faim. J’ai soif. J’ai froid. Quand est-ce que cette guerre se terminera ?