Mois de Mai 2021

Bonjour à toutes et tous, aujourd’hui je vous propose mes micronouvelles écrites lors du challenge : les micronouvelles de KeoT. Il s’agit de celles du mois de mai 2021. Bonne lecture !

Micronouvelle #78

J’observe la maison à travers la barrière. Elle ne paye pas de mine vue de l’extérieur, mais je ne suis pas dupe, elle est bien plus dangereuse qu’elle n’en a l’air ! Mon coeur accélère sa course alors qu’une goutte de sueur coule sur ma tempe. C’est fini pour moi, je dois entrer.

Micronouvelle #77

Je regarde la pluie tomber le long de la fenêtre en soupirant. Depuis quand ne l’ai-je plus vu ? Je dois l’avouer, il me manque profondément. Je m’éloigne. Mon coeur se sert quand mes doigts frôlent les touches du piano sur lequel il composait ses morceaux. Papi.

Micronouvelle #76

— Quand ils avaient dit qu’il devait sauver le monde, je croyais qu’ils parlaient de climat.

— Chut !

— Nan, mais c’est vrai, c’est quoi ce cirque ? Ils pensent vraiment que c’est un descendant des dieux ?!

— Apparemment… regarde !

— Mouais, ça ne vaut pas du Spielberg !

Micronouvelle #75

Le petit groupe d’adeptes se réunit autour de son gourou. Il tient entre ses mains un joli gâteau où l’on peut lire Happy Birthday. Une fois déposé sur la table, les lumières s’éteignent et la petite secte s’unit pour fêter l’anniversaire de leur jeu quotidien. Bon anniv MN !!

Micronouvelle #74

Juste une goutte, il a dit. Je saisis le flacon et la pipette, la main tremblante. Le produit que je tiens entre mes mains est si rare ! Après une profonde inspiration, je dépose le liquide transparent à la surface du verre ; aujourd’hui, débute une nouvelle ère de liberté !

Micronouvelle #73

— Dites, les gars ? On est bien d’accord qu’un ca-de-nas, c’est pour éviter que les humains volent quelque chose ? L’autre alien regarde ses notes avant de répondre, dubitatif.

— Oui, pourquoi ?

— Alors ça leur sert à quoi d’en mettre sur les grilles comme ça ?

— Des idiots.

Micronouvelle #72

Je me tiens debout dans la petite pièce sombre exiguë depuis une heure et demi. Le film arrive à sa fin. Pourtant, je suis mitigée. D’un côté, la fierté m’a envahie, la fierté du travail accompli, mais d’un autre, j’avais demandé un hélicoptère bleu pour la fin, pas un rouge !

Micronouvelle #71

C’est un beau jour pour mourir ! J’observe ces trois énergumènes imprudents risquer leur vie pour observer l’éruption en soupirant ; se rendent-ils comptent qu’ils mettent en danger la vie des personnes qui viendront les sauver ? Fini de rêvasser, il me faut les rejoindre.

Micronouvelle #70

J+2 après le déluge. Ce soleil et cette chaleur sur ma peau, c’est une incroyable sensation ! Une liberté retrouvée, même si les stigmates de l’inondation sont encore visibles. Je suis épatée par la rapidité de construction de ce pont, on croirait qu’il est là depuis des siècles.

Micronouvelle #69

Première sortie après deux ans de voyage vers l’inconnu. Nous ne savions pas où nous allions, bannis de la Terre à tout jamais pour avoir osé nous exprimer. Mes jambes tremblent alors que mon pied est sur le point de toucher les galets lisses de notre nouvelle planète d’accueil.

Micronouvelle #68

Il y a les vieilles dames des villes qui nourrissent les pigeons des villes, et puis il y a moi. Bretonne d’adoption, mariée à un homme amoureux des légendes, mais maintenant qu’il est mort et que je m’ennuie que puis-je faire ? Allez les poissons, petits, petits, petits !!

Micronouvelle #67

Les yeux plissés, je mets ma main pour ne pas être trop éblouie. Des larmes coulent le long de mes joues ; quelle est cette étrange lumière ? Mon regard emboué se fixe sur un engin extrêmement bruyant. Soudain, une ombre semble descendre l’escalier… mon coeur s’arrête de battre.

Micronouvelle #66

— Tu peux me dire ce que tu ne comprends pas dans la poule aux oeufs d’or ?

— Quoi ? C’est toi qui ne pige rien ! Pour la énième fois, elle dort dans le poulailler ! Je ne suis pas gourde, j’ai bien compris qu’elle avait besoin de se reposer pour que l’on soit riche.

Micronouvelle #65

Une fois de plus, je bouge machinalement sur mon siège, soufflant comme un buffle. Merde, mais qu’il m’agace ! Je croise les bras au niveau de ma poitrine et me jette sur le dos de mon siège. Je me relève et essaye de voir quelque chose. Impossible, sa grosse tête cache la télé !